Nous tenons à saluer la mobilisation et le dévouement de tous les professionnels, en particulier des services publics, et des bénévoles associatifs face à l’épidémie de coronavirus. Cette dernière bouleverse nos façons de penser, d’agir et de vivre ensemble. Depuis le début de l’année 2020 et sans doute encore pour de longs mois, nous sommes toutes et tous confronté.e.s à des situations nouvelles et souvent anxiogènes. La distanciation physique, le port du masque et l’annulation des manifestations culturelles et sportives nous éloignent les uns des autres et fragilisent celles et ceux qui, dans la solitude ou la maladie, font face à un isolement très diffi cile à vivre, en particulier les seniors. Les familles (notamment monoparentales) sont obligées d’imaginer de nouvelles modalités de prise en charge des enfants pour leur garantir un droit à la sociabilité indispensable à leur épanouissement tout en permettant la conciliation des vies personnelle et professionnelle. Quant à eux, les salariés du privé et les entrepreneurs (dont beaucoup s’inquiètent à raison pour leur emploi ou leur société) tout comme les agents des services publics doivent en permanence s’adapter et faire preuve d’agilité pour exercer leurs missions et répondre aux attentes. Ignorer ou sous-estimer ces bouleversements, qui fragilisent en premier lieu les plus vulnérables, serait une terrible erreur et ouvrirait la voie à un monde encore plus violent et injuste que celui que nous connaissions déjà. À Vannes comme ailleurs, nous ne pouvons nous y résoudre. En tant qu’élus locaux, aux côtés des autres pouvoirs publics et des associations, nous devons assumer toutes nos responsabilités pour protéger la population et accompagner les plus fragiles. Nous en sommes tou.te.s convaincu.e.s : il faut tout faire pour éviter l’engorgement des structures hospitalières et la pression sur le personnel médical (déjà mis à rude épreuve) ainsi qu’un nouveau confinement qui serait fatal à de nombreuses entreprises, notamment commerciales et artisanales. À ce titre, la prévention est une priorité absolue qui repose sur l’engagement de chacun.e mais réclame un volontarisme politique sans faille. C’est pourquoi, dès le mois d’avril, nous avons demandé que la ville équipe les Vannetais. es de masques. C’est encore pourquoi, dès la mi-juillet, nous avons demandé que le port du masque soit obligatoire sur les marchés de la ville.

La généralisation de cette obligation à l’échelle de la ville sera toujours un moindre mal en comparaison des dangers d’un reconfinement. La crise que nous traversons et ses terribles impacts en matière économique, sociale et financière imposeront également de revoir en profondeur les promesses de mars dernier. Il est plus urgent que jamais d’engager nos territoires, et singulièrement celui de Vannes, sur la voie des transitions écologiques, économiques, sociales, culturelles et démocratiques pour garantir notre résilience collective. Il faut en outre veiller à renforcer le droit à l’information des citoyen.ne.s et assurer la continuité autant que l’accessibilité du débat démocratique. C’est pourquoi nous avons demandé à plusieurs reprises, comme nous l’avions déjà fait au cours du mandat précédent, la poursuite de la retransmission en direct sur Internet des conseils municipaux. Nous ne comprenons donc pas l’opposition du Maire et de son équipe à ces moyens numériques qui répondent aux attentes et aux pratiques d’aujourd’hui.

Simon Uzenat, Laëtitia Dumas, Christian Le Moigne, Sandrine Berthier, Franck Poirier. Contact : 06 17 71 88 71.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *